Les rencontres sur Internet

Je tenais par ce blog à dire attention. Attention à certaine chose liés à Internet.

Je vais vous raconter quelque chose. De part ma maladie, j’avais un blocage vis-à-vis des garçons. J’ai donc décidé de tenter les rencontres via internet. Vous connaissez certainement des sites de ce genres. Je prend mon courage à deux mains, créé ma fiche, met une photo et hop on attend. Je discute avec plusieurs garçons.

Un jour, début 2008, je rencontre un homme de 11 ans mon aîné. Nous l’appelerons Abélard (Héloïse et Abélard pour ceux qui connaissent emoticone ). On discute via msn, on fais connaissance. Il me plaisait. Méfiante quand même j’hésitai à lui donner mon numéro de portable. Il m’avait dévoilé un peu de sa vie. Qu’il avait 2 enfants de deux mamans différentes, qu’il travaillait dans la sécurité, qu’il était propriétaire d’un appartement. Je décide finalement la communication par téléphone. Belle voix d’homme. J’apprécie. Il demande à me rencontrer. Il habite Nice, j’habite Grasse. Mais je suis en cours à Nice à l’époque donc je lui demande de me rejoindre un midi au café pas loin du lycée. Ok rendez-vous pris. Un lundi midi je le rencontre donc physiquement. J’avais déjà vu des photos mais c’est quand même mieux en vrai. On commence à papoter autour d’un café. Ma pause se termine, il s’en va, je retourne en cours. Il m’envoie un sms en me disant que cette rencontre avait été des plus plaisantes pour lui et qu’il aimerait bien que je sois un peu plus qu’une amie. Moi ne voulant pas brusquer les choses je lui répond de laisser du temps au temps que les choses viendront naturellement. Et finalement je me retrouve le week end qui suit chez lui. Je découvre son appartement de 100m², une pièce avec 4 ordinateurs, 3 écrans plasma (un dans chaque chambre + 1 dans le salon), bref l’appart superbe. Je me dis ce gars il a une bonne situation, il est sympa, on se plait mutuellement alors pourquoi pas. Donc c’était partie j’étais en couple avec Abélard (j’ai oublié de préciser, Abélard est noir d’origine guadeloupéenne). Avant de passer ce week end chez lui il m’avait prévenu qu’il hébergeait son ex parce que celle ci était en galère, qu’elle avait un enfant et était enceinte et qu’elle vivait dans 20m². Il m’avait dit qu’il ne pouvait pas la laisser comme ça, chose que je peux comprendre. J’arrive chez lui le premier week end, découvre cet appartement et cette jeune femme, Laëtita. Maman d’un petit Théo et enceinte jusqu’au dent d’une histoire d’amour qui ne c’est pas très bien passée. Tout se passe bien. Et à un moment j’entend ce cher Abélard appeler le petit et lui dire « vient voir Papa ». Euh …. Ai-je bien compris ? A peine ensemble il me ment déjà ? Non ce n’est pas possible il doit certainement avoir une explication. La soirée se passe, on discute, on rigole et lorsque Laëtitia va se coucher il me dit :  »écoute Hélo, j’avais pas osé te le dire mais Théo est aussi mon fils ». Je réfléchis !!! Donc 3 enfants de 3 mamans différentes. Bon Ok je lui demande s’il en a d’autre comme ça à me dire ou si c’est bon. Il me dit « je suis un homme de confiance c’était la seule chose que je t’ai caché ». Ok je suis confiante jusqu’à présent tout ce qu’il a pu me dire c’est avéré vrai.

Un beau petit couple venait de se former. Premier week end superbe. Petit à petit il me demandait de laisser quelques affaires chez lui pour éviter d’en ramener tout le temps. Et puis comme je faisais mon apprentissage aussi sur Nice il m’a demandé très vite de rester vivre chez lui pour m’éviter les aller/retour. Je lui dis ok donc j’étais chez lui du mercredi soir jusqu’au dimanche soir. J’ai oublié de préciser que j’avais toujours mon appartement à Grasse. Et puis un jour, Laëtitia doit accoucher. Et oui quand on est enceinte ce sont des choses qui arrivent. Il me dit je suis dans la merde je bosse et personne pour garder Théo pendant qu’elle sera à la maternité. Je lui dis écoute je vais le garder moi. Il était content. J’étais contente de lui faire plaisir. Et puis j’adorais ce petit. Donc je préviens ma maman que cette semaine là je ne rentre pas. Et donc première nuit il m’annonce que finallement il ose pas me laisser seule avec le petit donc il ne va pas bosser.  Je lui demande s’il a prévenu son boulot il me dit non tant pis. Je commence à l’engueuler en lui disant que ce n’est pas sérieux mais le laisse quand même faire. Une semaine après, Laëtitia était de retour parmi nous avec ce beau petit bébé, un petit Matthieu, et il m’annonce qu’il est licencié de son travail. Oula, je commence à flipper. Je lui dis « écoute envoie une lettre d’excuse à ton employeur (lettre que j’ai écrite) et tu verras bien ». Il me dit qu’il l’a fais et que son supérieur lui a dit que cela ne servait à rien qu’il serait licencier pour abandon de poste donc faute grave. Qui dis licenciement pour faute grave, dit pas de chômage, et difficile de retrouver un emploi derrière. Ayant des cours de droit dans ma formation je lui donne quelques conseils. Et il me demande dans un premier temps de lui faire un crédit pour acheter un pc. Il me le demande à moi en me disant qu’il avait eu des soucis auparavant et que pour l’instant il ne pouvait pas faire de crédit. Dans ma grande bonté et gentillesse je lui dis ok. On prend le pc, il était convenu que Laëtitia me verse l’argent sur mon compte tous les mois. Pas de soucis. Le temps passe, il m’avoue qu’il a encore des contacts avec une de ses ex que nous appellerons Gertrude. Gertrude appelle jour et nuit, laisse de message de menace sur son répondeur, débarque chez lui à point d’heure. Et moi je lui disais de ne pas répondre mais non il répondait. Bref ça commençait à être chaud cette histoire mais j’avais des oeillères du à mon amour pour lui. Un soir à minuit il me réveille en faisant du bruit je lui demande ce qu’il fait. Monsieur Abélard était habillé en costume cravate et me sors on vient de m’appeler faut que j’aille bosser. OK !!! Gros doutes commencent à m’envahir !!! Que faire, que dire ? Quand je lui en parlais il me disait que je me faisait des films (il y a de quoi devenir parano je vous le dit !!) Il rentre à 3h du matin, me réveille et me dit viens avec moi il faut que je te parle. Je le suis dans le salon et là surprissseeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !!! Gertrude est là !!! Et Abélard qui me sort c’est elle que j’aime, c’est avec elle que je veux vivre. Alors là !!! Je lui demande si ça ne pouvait pas attendre le lendemain matin ? Bah non donc voilà Hélo qui prépare ses valises à 3h du matin. Laëtita ne pouvant pas la voir en peinture non plus et vivant chez lui commence à vouloir faire pareil !!! Abélard l’en empêche. Le dimanche matin, Laëtitia me parle sur msn et m’envoie par un mail, un mail qu’Abélard lui avait envoyé pendant la nuit. Ce mail disait en gros qu’il était désolé de nous avoir fais autant de mal et qu’il voulait que je revienne. Il voulait se servir du fait qu’elle soit là pour lui soutirer de l’argent. Moi toujours amoureuse avec mes grosses oeillères je dis ok. Après qu’elle soit partie il avait réussi à lui prendre 500€. Donc je reviens. Mais de temps en temps. Je n’habite pas chez lui. Il commence à me demander de l’argent en liquide pour payer son loyer. Vu sa situation je voulais l’aider je lui prête 300€ par mois. Sans compter les achats que j’ai fais pour lui (une table avec 4 chaises, un disque dur externe, un sèche linge, un aspirateur, un appareil à raclette…..). Ensuite il me demande de faire un autre crédit pour s’acheter un écran plasma 127 cm. Je lui dis que non que je pourrais pas payer. Il me dit que si puisque je vais vivre avec lui donc que je n’aurai plus mon loyer et puis qu’il allait me verser le montant total des crédit par mois sur mon compte. Je lui dis qu’il ne peux pas non plus vu sa situation. Il commence à devenir agressif. Il faut savoir aussi que ce bonhomme pèse 150 kg. J’acquiesce parce que je commence à avoir peur de lui. Arrivée au magasin en question pour le plasma. Il prend un écran plasma 127 cm, un home cinema et un ipod 80Go. Le problème était que la carte du magasin en question était chez ma mère. Pas besoin il suffisait de ma carte d’identité ou de mon permis de conduire. J’arrive à la caisse, regarde dans mon porte feuille et là surprise ni carte d’identité, ni permis. Oula bizarre mon permis je ne l’enlève JAMAIS de mon porte feuille. Je dis ça à Abélard et là, devant tout le monde, il commence à hurler, à m’insulter. Je paye un acompte de 200€ pour qu’ils me gardent le matériel pour revenir le lendemain avec mes papiers. Il continue son scandale en sortant du magasin, m’oblige à retourner à Grasse pour reprendre ma carte d’identité (c’était ma maman qui l’avait car j’avais un recommandé à récupérer). Je fais l’aller retour. Je retourne au magasin et on se fais livrer le tout. Il s’excuse de son comportement. J’accepte toujours par trouille un peu mais quand même très amoureuse. Et puis un jour je lui demande de commencer à me verser l’argent puisque moi je commencait à être dans la m…e. Il me dit oui je vais le faire. En attendant Abélard me fais prendre les réserves d’argents sur les cartes des magasins que j’ai en ma possession. Une réserve de 2000€ et une autre de 1500€.  Moi je lui versai toujours les 300€ par mois plus tous les autres trucs que j’ai acheté (téléphone portable, forfait de portable, pour lui et son plus grand fils, console de jeux vidéos….) Un jour pétage de plomb il dit à Laëtitia de partir. Elle s’exécute. Elle retourne dans son 20m² avec ses deux enfants. Nous voilà seuls tous les deux dans son appart, dans la m…e. Lui plus de revenu et moi avec tout ce que j’avais à payer je ne m’en sortais pas.

Malgré tout ça je restais. Un jour, son grand fils était là. Un amour de jeune homme, ambitieux, adorable, serviable. Nous étions à table tous les 3 et on voit un reportage sur les animaux. Je donne mon point de vue en disant que moi n’ayant pas d’enfant je considère mes animaux comme faisant partie de ma famille, membre à part entière de ma vie. Et là, qu’est-ce que je n’avais pas dit. Il commence à hurler, à monter sur ses grands chevaux. J’essaie de calmer la chose en me levant de table et en voulant sortir ma chienne. Au moment ou je reviens dans le salon il me fais basculer par terre, je m’assoie par terre, regarde ma cheville ça va rien de casser mais ça me faisais un peu mal. Je me relève, et là je sens une atroce brulure sur ma joue droite. Mon Dieu, qu’a-t-il fait ? Oui c’est bien ça j’entend son fils crier derrière « non papa, arrête » je m’assoie sur le fauteuil, oui il venait de lever la main dessus, il venait de me gifler. Quelle horreur ! Mes parents ne m’avaient jamais levé la main dessus. Je pleure, je crie, je commence à préparer mon sac pour partir, partir loin de lui. En préparant mon sac il revient vers moi et s’excuse. Il veut me prendre dans ses bras je le repousse mais vu la masse je n’ai pas pu faire grand chose. Je le laisse donc faire, par peur. Je reste. Pendant quelques jours je suis resté distante avec lui. Et puis ça c’est passé, je me suis dit bon je l’ai surement poussé à bout à un moment ou je n’aurais pas du. Coupable, j’étais coupable de son geste. Le temps passe cela faisait presque 4 mois que nous étions ensemble. Un matin je fais mes comptes et je m’aperçois que j’ai deux paiements d’effectuer avec ma carte bleue que je n’avais pas fais. Un achat de 49€ et un autre de 150€. Il me dit ce n’est pas moi de toute manière je n’ai pas ta carte bleue. Je le crois puisque en effet il ne l’avait pas. Je fais opposition sur ma carte bleue, fais un dossier auprès de ma banque. Quelques temps plus tard, il me dit j’ai des choses à te dire. Je lui dit pas de souci. On se rejoint comme tous les midis ou presque. Il me regarde et me dit. Au début de notre relation je n’allais pas travailler, j’aller voir Gertrude. Et les sous débités sur ton compte c’est moi. Et là, le choc…. Il m’a volé, menti et trahi. Que faire ? Que dire ? Rien, il est parti. Il m’a parlé après sur msn. C’est excusé, m’a dit qu’il tenait à moi, que si il me l’avait dit c’est parce qu’il voulait être honnête avec moi. Encore une fois je pardonne. Un matin je me réveille et décide (comme beaucoup de matin d’ailleurs) de regarder son portable pour voir si Gertrude continuais à lui envoyer des sms et surtout si il répondait !!! Et bien oui un message de Gertrude qui voulait ses clés d’appartement pour pouvoir le rejoindre. Lui de lui répondre, je préfère venir chez toi c’est plus agréable. Je lui envoie un sms en lui disant en effet tu ne changeras jamais. Je fais du repassage en l’ignorant. Et d’un coup il vient me voir et me dit tu as l’intention de faire quoi ? Je lui répond je viens de repasser mon linge pour éviter qu’il soit trop froisser dans ma valise, je m’en vais. Il m’a attrapé par le cou, m’a soulevé du sol et à voulu me mettre à la porte alors que j’étais en pyjama. Je me suis débattu comme j’ai pu, me suis dégagé et je me suis réfugié dans la chambre de son fils qui ne s’ouvrait que de l’intérieur. Il commence à s’enrager. Il ouvre la porte avec une pince. Il hurle, il crie, m’insulte. J’en fais autant. Il veut me prendre mon portable, m’empêche de reprendre le sien que je payais, bref un enfer. Je m’habille en vitesse, prépare ma valise en vitesse. Et puis à un moment j’étais en train d’envoyer un message à Laëtitia pour lui expliquer, et il m’a demandé en criant à qui j’envoyais un message. Je lui ai répondu de colère, à Gertrude. Et là, il m’a attrapé par le coup à fais en sorte d’être derrière moi, m’a plaqué contre le lit et tourner ma tête. J’ai cru mourrir. Je voulais mourrir. Je voulais qu’il le fasse car c’était trop douloureux. J’essayais de me dégager en vain. Puis il a lâcher. Il a fait ça 1 mn à peine et ça m’a parru être une éternité. Non je ne pouvais plus rester. Je prend mes affaires et je pars. Il m’aide à descendre mes valises et je vais prendre l’air dans Nice. Je vais voir Laëtitia qui me conseille de partir, partir loin de lui. Je me décide enfin à prendre ma voiture et m’en aller. Je retourne à Grasse. En arrivant, j’appelle mon ami Kurt pour qu’il vienne m’aider à décharger la voiture. On arrive dans mon appartement, il me demande ce qu’il se passe. Je lui crache tout. Je vois son regard d’agneau changer en regard de haine. Le tuer, c’est ce qu’il voulait. Je lui ai dit non ça ne réglera rien. Laisse tomber. Il m’écoute. Il me conseil juste d’en parler à ma maman. Je lui dit non cela reste entre nous. Ne surtout rien dire à personne. J’envoie un sms à ma mère en lui disant que je suis chez moi. Elle me rejoint et me demande ce qu’il s’est passé. Je lui répond Gertrude a fais chier, j’en ai eu marre je suis partie. Elle m’a rassuré, m’a réconforté. Après avoir rangé mes affaires je vais donc chez maman pour ne pas rester seule. Je lui cache tant bien que mal mon cou encore gonflé. Je lui avoue tout ce que j’ai fais pour lui les crédits, les achats, l’argent, les forfaits de portable. Bref, tout. Elle appelle mon frère. En pleure au téléphone elle lui dit tout ça et lui rajoute à un moment « heureusement il ne l’a pas frappé ». Et là, je me met à pleurer, me redresse et lui dit si maman. Il m’a frappé. Elle m’a regardé, à crié à mon frère « mon dieu il l’a frappé ». Elle criait, j’ai eu peur et me suis réfugié dans la chambre d’ami. Elle a raccroché avec mon frère et venue me voir, m’a prise dans ses bras et m’a dit ne t’inquiète pas tout ça va s’arranger, je sais que c’est difficile. Tout de suite elle a appelé la police qui c’est déplacé. On a juste fais une déposition au cas ou l’envie lui serai venu de nous rendre visite pendant la nuit. Elle m’emmène le soir même aux urgences de l’hôpital de Grasse. Le lendemain matin je pars à la Police pour porter plainte. La Police m’annonce qu’il faut que je vois un médecin légiste. Je vais donc le voir, il m’osculte partout. Mais rien, aucune trace. Juste le cou gonflé. Je retourne après ça au Commissariat de Grasse pour porter ma plainte. Entre temps il m’envoie des sms. Je répond méchamment. Et il me dit à un moment répond moi que sur ce portable mais juste avant je reçois un sms de son autre portable ou il me demande « c’est quand la dernière fois qu’on a fais l’amour » je répond. C’étais Gertrude qui avait envoyé ce message. Elle m’appelle en sortant, elle m’explique que j’ai eu l’exclusivité. Je lui répond aujourd’hui je m’en fous je te la laisse l’exclusivité. Je lui ai tout avoué. Tout dit. Elle n’était au courant de rien. Abélard devenait fou à côté d’elle. Je m’en foutais. J’ai raccroché et suis entré au Commissariat. Je dépose ma plainte et je rentre chez moi. Ensuite, pour tout les crédits que j’avais fais puisqu’il ne voulait ni me rendre l’argent, ni me rendre le matériel je devais faire quelque chose. Mon contrat se finissant mi juillet je devais protéger mes arrières. Je me rend donc dans une association d’aide aux victimes. Le centre Harjès de Grasse. Leur conseil dans un premier temps de voir leur psychologue, dans un deuxième essayer de régler ces histoires de crédits. Je travaillais encore sur Nice. Je frôlais les murs, ne sortait plus de chez moi. Je ne me sentais bien que lorsque j’étais dans mon lit avec ma chienne et mes deux chats. Période d’horreur. Je rencontre la psychologue à contre coeur. Et puis petit à petit elle m’a aidé à être mieux.

Aujourd’hui, cela fais 3 mois que cela c’est produit. Je n’ai ni récupérer mes affaires, ni été rembourser de quoi que se soit. La seule que j’ai pu faire c’est récupérer les forfaits des portables. Mais je vais mieux. Enfin j’ai un statut de femme battue qui ne me plait pas. Difficile de se reconstruire, difficile de croire en moi, d’avoir confiance aux autres. Tout devient difficile. J’ai terminé mon contrat. Par manque de papier je me retrouve sans revenu jusqu’en octobre à peu près. Personne ne peux rien faire. Je dois juste payer et me taire. J’ai donner mon préavis pour mon appartement. Encore 3 mois à payer. Aller du courage. Etre forte. Finallement c’est ça. Alors il y a des jours ou ça va et d’autre ou ça va moins.

Je voudrais remercier, ma maman de m’avoir soutenue de toutes ses forces, de tout son coeur. Mon frère de m’avoir mis des coups de pieds au derrière quand il a fallu. Laëtitia de m’avoir forcer à partir. A Marilyne, de m’avoir montrer que je suis une fille bien. A Patrick qui est présent aujourd’hui. A Laëtitia ma meilleure amie qui m’aime tout simplement. A François, qui m’a aidé quand je suis partie de chez lui. Un grand merci à Melle Rodriguez ma psychologue au centre Harjès qui a force de me faire parler m’a fais comprendre beaucoup de chose et notemment que lorsque l’on a ce statut de femme battue nous ne sommes pas coupables…

Commentaires:

8 Réponses à “Les rencontres sur Internet”

  1. Marilyne
    Marilyne écrit:

    Tu n’as pas à nous remercier, tu es une fille exceptionnelle et c’est bien que tu écrives cette histoire… Ca pourra peut être en aider d’autres !!!
    Gros Bisous ma puce

  2. Patpat06
    Patpat06 écrit:

    Pas de merci Hélo… c’est normale…

    Gros bisous.
    Patrick

  3. Florent
    Florent écrit:

    J’espère quand même que ton Abélard ne subira pas le même sort que l’autre Abélard, si je puis me permettre, ce serait… couillon.

  4. pititelune
    pititelune écrit:

    ça c’est toi qui le dit. En couple on doit tout partager. Alors si vraiment son amour était aussi fort que le mien je pense que malgré son mal être il m’aurait laissé lui montrer le chemin du bonheur. En deux jours, c’est difficile de se rendre compte… Mais tant pis. Tant pis pour moi. Tant pis pour lui. Je ne peux rien faire. C’est comme ça.

  5. francois
    francois écrit:

    kikoo.
    Je sais que j’aurais pu faire + mais un pitit merci pour t’avoir écouter, forcer à manger le lendemain de cette histoire n’aurait pas été de refus….. Bien que je comprenne que ma contribution soit passée inaperçue à tes yeux…… lol
    A bientôt

  6. Patpat06
    Patpat06 écrit:

    Bon allez je me lâche lol
    Car quand je vois dans l’état ou tu es… j’ai les boules pour toi… alors voila ma pensée du jour …
    Franchement sur le net, il y a 100% de déchet, alors si tu veux trouver l’âme sœur, désolé mais tu ne l’a trouvera jamais sur le net… sinon oui en effet tu ne trouvera que des mecs ou nanas à problèmes, et la difficile d’être heureuse… alors vive le réel…
    Et pour aller plus loin, je m’inclus dans le 100% de déchet… car on sait connu par le net, donc j’assume tout ce que je t’ai dis là. :-)

  7. papillotte
    papillotte écrit:

    Et bien je suis toute retournée après la lecture de ton récit…
    Tu reviens de loin en effet
    mais tu sais il est vrai qu’internet est dangereux mais ta rencontre tu aurais aussi pu la faire dans la vraie vie disons…

    Quelle histoire!!

    Bonne chance pour la suite ;)

  8. Sarah
    Sarah écrit:

    je suis skocthé, il y’a pas d’autre mots… j’ai trouvé ton blog sur un site et j’ai lu par curiosité. Ca fait réfléchir…ça pousse à faire attention surtout. en tout cas je te souhaite bon courage. l’amour rend aveugle quand on aime vraiment… bonne soirée

Laisser un commentaire

«
»